Expression des CEMEA Réunion à propos des émeutes urbaines

vendredi 24 février 2012
popularité : 6%

Des troubles secouent la Réunion depuis quelques jours et des exactions impliquant de nombreux jeunes, ont tendance à s’étendre. Ces violences, spontanées et inorganisées, sur fond de misère sociale et d’absence de perspective, éclatent dans un climat de protestation contre la vie chère et la hausse continue du prix des carburants.
Face à cette explosion de misère humaine et sociale qui ne demandait qu’à se révéler quel qu’en soit le déclencheur, il s’agit pour les CEMEA de la Réunion de s’interroger et de ne pas baisser les bras.

Comme déjà en 2009 aux Antilles ou récemment en 2011 à Mayotte, les choses ont dérapé et ironie de l’histoire, ces émeutes urbaines ont démarré comme il y a 20 ans, dans le quartier sensible du Chaudron, là où le taux de chômage des jeunes atteint les 60%.

Si les réunionnais d’un certain âge se sont majoritairement résignés à leur sort, façonnés par les influences de l’esclavage, du colonialisme et de toutes les autres formes de domination politiques, administratives, culturelles et économiques, la génération actuelle connectée au monde et à ses évolutions, refuse d’abdiquer, de se résoudre au chômage, à la misère et à la marginalisation sociale.
De même cette génération accepte de moins en moins comme seules perspectives, les politiques actuelles de solidarité, le clientélisme d’élus locaux jouant avec les emplois aidés par la collectivité publique...
Comment en vouloir à ces jeunes qui refusent l’immobilité sociale et cette société de consommation adulée mais impitoyable pour les plus faibles, cette société qui écrase, qui exclut, qui élimine, qui démoralise et qui enfin révolte.

Elle est pourtant belle et généreuse cette population que les CEMEA accompagne à la Réunion depuis une cinquantaine d’années.
Nous connaissons bien ces jeunes par nos militants, nos professionnels de jeunesse et d’action sociale. Nous les connaissons bien également parce que nous les accueillons dans des formations qualifiantes à l’animation et au travail social, et dans des stages d’insertion. Nous connaissons leurs richesses, leurs volontés d’action, leurs attentions aux plus faibles, les actions dynamiques et novatrices qu’ils génèrent, le désir profond et sincère qu’ils ont d’être utiles.

Mais nous savons également le triste état du système social d’accompagnement des publics en difficultés et du réseau associatif de moins en moins aidé : animateurs souvent non formés, travailleurs sociaux en nombre insuffisant, absence de réelles politiques de jeunesse prenant en compte les réalités, galères des bénévoles et absence de moyens réels et à la hauteur des défis.

Nous dénonçons bien entendu l’atteinte aux biens et aux personnes comme nous refusons la stigmatisation de notre jeunesse et le tout répressif comme seules réponses aux événements actuels.

Comme mouvement d’éducation, les CEMEA Réunion appellent à raison garder, interpellent le gouvernement, les ministres ayant en charge la Jeunesse et le social. Nous appelons également les responsables politiques et les leaders d’opinion locaux pyromanes, à plus de mesures et de responsabilités, pour que s’arrête cette spirale dangereuse, fruit de trop de mépris vécus, de rejets, de sentiments d’exclusion, d’impossibilités de vivre ses rêves...
Le divorce actuel entre la politique, l’administratif et notre jeunesse, n’augure rien de bon et il convient que la parole, l’imagination, les solidarités et l’intelligence collective retrouvent vite toute la place nécessaire, que chacun soit réhabilité et respecté comme citoyen à part entière.

Les CEMEA Réunion.

Contact presse : Daniel CADET : Président

d.cadet at cemea-reunion.org

Tel : 0262.21.76.39

Télécharger le texte en PDF

PDF - 90 ko
Expression CEMEA Reunion émeutes urbaines

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois